Programme d’échange interculturel

Note: this page is available only in French

Mir wëllen iech ons Heemecht weisen
Programme d’échange interculturel

Contexte et idée fondamentale

Le programme d’échange interculturel a été lancé par Mir wëllen iech ons Heemecht weisen, autour de l’artiste Serge Tonnar, en octobre 2015 avec l’arrivée en grand nombre de réfugiés au Luxembourg. Ces hommes, femmes et enfants ont tout délaissé derrière eux et arrivent dans un pays qu’ils ne connaissent souvent pas du tout. Comme ils sont isolés dans des structures d’accueil, le contact avec la population résidente s’avère difficile, d’autant plus que des réticences existent des deux côtés. Or, pour pouvoir se respecter, il faut d’abord se connaître. La culture, tout comme l’expression artistique, avec des moyens souvent non-verbaux, permet un rapprochement immédiat, ludique et réel entre les communautés. Avec l’aide d’un grand nombre d’artistes luxembourgeois reconnus, le programme d’échange interculturel a construit des ponts entre les résidents et les réfugiés et contribue ainsi à la sauvegarde de la paix sociale au Luxembourg.

Activités

Les activités du programme d’échange interculturel de Mir wëllen iech ons Heemecht weisen comprennent :

  • Projets artistiques pour enfant et parents
  • Concerts par des musiciens luxembourgeois reconnus
  • Fête de voisinages interculturelles
  • Dammentour (soirée de danse pour femmes)
  • Ateliers artistiques
  • Kulturausfluch (sortie interculturelle)
  • Ateliers de cuisine interculturelle
  • Participation à des projets culturels

Projets artistiques pour enfants et parents

Parmi les réfugiés qui arrivent au Luxembourg, les enfants arrivent à créer des liens et à s’intégrer plus vite que leurs parents, notamment par le biais de l’école. Cependant, un réel échange avec des enfants résidents fait souvent défaut. Nos projets artistiques, notamment la peinture murale et le graffiti, auxquels participent aussi des parents, sont des moments d’échange privilégiés qui laissent des traces visibles dans l’environnement des enfants.

Concerts par des musiciens luxembourgeois reconnus

Des artistes reconnus offrent des concerts dans les structures d’accueil, pour un public composé de réfugiés et de résidents. Les concerts sont suivis d’échanges entre le public et les artistes.
Ce sont des moments rares de détente et de jouissance culturelle dans ces structures souvent un peu moroses. Exemples : Sascha Ley (improvistation vocale), David Ianni (classique), Maxime Bender (jazz), Dreamcatcher (folk), Fruz Tonteling (musique contemporaine), Serge Tonnar & Legotrip (chanson luxembourgeoise), Tommek (hiphop), d’Cojellico’s Jangen (a capella).

Dammentour (soirée de danse pour femmes)

Nous avons constaté une certaine réticence de la part des femmes réfugiées à participer activement à des activités mixtes. Nos soirées de danse réservées aux femmes donne lieu à des rencontres interculturelles informelles, dans un cadre sûr et détendu. Résidentes comme réfugiées amènent des musiques de leurs propres pays, sur lesquelles on danse ensemble. L’échange culturel est complété par des plats typiques préparés par les participantes.

Fêtes de voisinage interculturelles

Ensemble avec des foyers d’accueil pour réfugiés, nous organisons des fêtes de voisinage qui facilitent des premiers contacts entre les réfugiés et les résidents dans les localités en question. Parmi les activités lors de ces fêtes, citons la cuisine interculturelle, activités pour enfants, concerts, ateliers artistiques, disco internationale … Les fêtes de voisinages sont aussi des opportunités excellentes pour rapprocher les communes et associations locales et les foyers d’accueil et pour ainsi créer des liens durables.

Ateliers artistiques

L’expression artistique est un moyen d’expression universel, qui dépasse souvent les possibilités de la communication verbale. Avec le soutien d’artistes d’ici, nos ateliers de musique, de danse contemporaine, de chant choral ou de théâtre rassemblent régulièrement des amateurs enthousiastes de communautés différentes.

Kulturausfluch

Lors de ces sorties interculturelles, un groupe constitué de résidents luxembourgeois et de réfugiés visite un événement ou un lieu culturel (spectacle, concert, visite d’un musée ou d’une ville, …). Les organisateurs culturels qui participent au programme mettent à disposition des billets d’entrée gratuits à des manifestations de leur choix. Le projet a pour objectifs principaux l’inclusion et la cohésion sociale à travers des échanges interculturels. Parmi les nombreux partenaires réguliers, citons la Philharmonie, le Grand Théâtre et la Kulturfabrik.

Ateliers de cuisine interculturelle

L’échange de recettes culinaires, la préparation commune de repas et les déjeuners qui s’ensuivent créent un cadre idéal pour un échange culturel.

Participation à des projets culturels

Au-delà de nos propres activités, nous jouons le rôle d’instigateur et/ou de médiateur dans des projets culturels et artistiques avec des partenaires parmi les acteurs culturels au Luxembourg. Exemple : Letters from Luxembourg en 2016 et 2017, pièce de théâtre basée sur des lettres écrites par des réfugiés avec le collectif d’artistes MASKéNADA.

Réactions d’élèves de CLIJA et de 2ème G LGL au spectacle Letters from Luxembourg lors d’un échange avec les acteurs (dont des réfugiés) :

« Étrange, émouvant, remuant, si loin de nos pensées, mais en même temps si proche du cœur. » (Jan, Vincent, Felix, Frank)

« La cohabitation de danse, musique, chant et lettres personnelles, basées sur des expériences vécues, nous a plongées dans un spectacle qui nous a émues. » (Lara, Marie)

« La pièce de théâtre était d’autant plus touchante que c’était la première fois que nous avions la possibilité de poser des questions aux réfugiés et où on a vraiment compris que ce ne sont pas seulement des chiffres dans les médias mais des destins d’êtres humains. » (Felix, Gil)

« Bien que je me trouve depuis plus ou moins douze ans au Luxembourg, cette pièce m’a rappelé d’où je viens et qui je suis. » (Fardin)

Objectifs

  • Valoriser et transmettre les valeurs, coutumes, pratiques et contenus de la culture luxembourgeoise, dans un échange avec les cultures des réfugiés ;
  • créer des moments de jouissance culturelle et de détente ;
  • donner un visage au pays d’accueil en facilitant l’accès à sa culture ;
  • stimuler les pratiques culturelles ;
  • faciliter le décloisonnement et l’inclusion sociale ;
  • renforcer la cohésion sociale ;
  • créer des liens et des partenariats durables.

Financement

Créé par des bénévoles en 2015, le programme d’échange interculturel a connu un tel succès, qu’une gestion efficace et durable n’était possible que par le biais d’une professionnalisation du programme. De juillet 2016 à décembre 2017, le programme a été soutenu par l’Œuvre nationale de secours grande-duchesse Charlotte, ce qui a notamment permis le recrutement d’une gestionnaire de projet. Depuis 2018, nous essayons recourir à des fonds provenant de la société civile, du mécénat, de l’économie et des pouvoirs publics. Actuellement, nous sommes soutenus par la Ville de Luxembourg et la Fondation Losch.

Mir wëllen iech ons Heemecht weisen

La phrase Mir wëllen iech ons Heemecht weisen (nous voulons vous montrer notre patrie) traduit une volonté d’un échange culturel : nous sommes heureux de pouvoir vous montrer notre pays, notre culture, nos us et coutumes et nous voulons connaître les vôtres. C’est autour de cette volonté d’échange culturel que cette association s’est constituée en 2015. Depuis, elle organise des événements interculturels à l’intérieur et à l’extérieur de nombreuses structures d’accueil pour réfugiés. Chaque activité s’adresse à des participants des deux communautés, réfugiés et résidents, afin de garantir un échange humain et culturel et de créer des liens durables. Les responsables de l’association sont d’avis que ce dialogue se fait particulièrement bien par la culture, dont les moyens d’expression sont souvent universellement accessibles et compréhensibles et qu’il est nécessaire à la sauvegarde de la paix sociale au Luxembourg.

Mir wëllen iech ons Heemecht weisen regroupe aujourd’hui une quarantaine de bénévoles et a engagé depuis juillet 2016 un “project manager” en la personne de Anne Frausing, grâce au soutien de l’Œuvre nationale de secours grande-duchesse Charlotte. L’association a prouvé son caractère d’utilité publique et est devenu une référence dans le travail social et culturel entre réfugiés et résidents sur le terrain.